Association « Tous pour Calais »

Comme cela a été décidé par l’assemblée Nuit Debout Aix du samedi 47 mars, voici des informations au sujet de l’association « Tous pour Calais » dont un membre est venu présenter l’objet lors de nos deux premières assemblées :

Intervention lors de l’assemblée Nuit Debout Aix du jeudi 45 mars :

Intervention lors de l’assemblée Nuit Debout Aix du samedi 47 mars :

Bonjour à tous,

Je m’appelle Valentin, je ne me présenterai pas plus longuement car certains m’ont déjà vu, et préfère donc vous parlez dès maintenant de l’important :

La « jungle de Calais existe depuis le début des années 2000, Calais, Coquelles, Sangatte et maintenant Grande-Synthe, tous aux abords de l’entrée française du tunnel sous la Manche et de la zone portuaire de Calais sont concernés. Plusieurs fois démantelés par les forces de l’ordre, ces camps de fortune ont vu leur population fortement grossir à la suite de la fermeture du centre de Sangatte en 2002 et de la crise migratoire européenne des années 2010.

Situé à proximité du port de Calais, le camp principal de la jungle abrite environ 1 500 personnes, sur les 5 000 qu’elle compte au total. La plupart sont des migrants qui tentent de pénétrer sur le territoire du Royaume-Uni. Parmi eux se trouvent des réfugiés essentiellement en provenance d’Afghanistan, du Darfour, de Syrie, d’Irak et d’Érythrée, tous des pays ou la situation politique a largement dépassés le stade de l’inquiétant…La grande majorité ne sont pas, comme l’on voudrait nous le faire croire, des migrants irréguliers n’ayant pas droit à l’asile politique.
Ces camps ont notamment provoqué des problèmes de sécurité et de salubrité publique, conduisant à la destruction en début d’année de centaines de cabanes construites par les associations, notamment Anglaises, avec leurs propres fonds qui n’ont ni plus ni moins, de part ces destructions, finis à la poubelle…

Si je me permets de venir, pour la deuxième fois ce soir, devant les participants du mouvement nuit debout, c’est parce qu’il est important de comprendre que les problèmes que connait notre société aujourd’hui sont liés à ceux de ces pays, que les populations fuient aujourd’hui, bien souvent pas pour venir nous piquer nos emplois, nos richesses, mais bien pour trouver un peu d’humanité, de tranquillité et de sécurité… Un semblant de vie normal que nous leurs refusons. Et pourtant, la France, mais pas seulement elle, en favorisant par sa politique les énergies fossiles, l’exploitation et l’utilisation de matière première, tout cela pour un moindre coup, s’est rendue coupable de la déstabilisation que connaissent aujourd’hui ces pays. Au Moyen-Orient, la ligne Syck-Picot, du nom de deux politiciens anglais et français est un bon exemple de la façon dont nous sommes intervenus dans le découpage et le tracé de nouvelles frontières. Cela a donné le coup d’envoi à plus de 50 ans d’asservissement, de magouille politique destinés à maintenir ou destitués des dictateurs plus ou moins sanguinaires, en oubliant les peuples, en exploitant toujours plus, en donnant la priorité à notre propre développement, à notre puissance…

Après la seconde guerre mondiale, quand nous avons accueillis des 10aines de milliers de Magrébins, les politiques pratiquaient la discrimination positive. L’intégration était un maitre mot, preuve que nous savons fonctionner de façon différente. Aujourd’hui, les polémiques autour de construction de lieux de cultes, autour du port du voile intégrale, ont fait de la France un pays inhospitalier, souhaitant l’intégration, mais dans la stigmatisation de toute formes de cultures différentes. Comme s’il n’y avait plus qu’un seul type ou genre de personne qui soit bonne pour vivre en France. S’il y a dans certaines cultures des éléments méritant d’être reconsidérés, nous ne devrions pas douter que c’est aussi notre cas ! Et, que ferions-nous, si demain, on nous forçait à changer, sans avoir le temps de comprendre nous-même quels sont nos tares, nos errements, nos problèmes…

Mais bref, ce soir, comme le premier soir, je suis ici car avec quelques amis ou connaissances, car nous n’en pouvions plus. Plus d’entendre des gens nous dires que les réfugiés, ils sont bien chez eux, qu’ils n’auront de salut que dans leur retour, que ce sont des lâches… Quels lâches laisseraient famille, biens, coutumes, valeurs, pour traverser l’Europe dans les conditions qu’on connait ? Les passeurs, les embarcations de fortunes, les trajets pliés dans un train d’atterrissage, dans un camion frigo…les trajets qui s’avèrent être pour un certain nombre le dernier trajet…
Avons-nous vraiment le droit de leur réservé un accueil tel que celui que nous leur réservons ? Ne sommes-nous pas responsables, dans une certaine mesure du sort de ces gens ? Chez eux comme chez nous ?

Ce soir, parce que vous êtes venus, parce que vous êtes là, nous, l’association Tous Pour Calais, vous demandons de nous rejoindre dans notre action, en parlant autour de vous, en faisant un don, en participant aux collectes qui vont être mise en place, qu’importe !

Ce que nous recherchons, ce que nous voulons, c’est qu’à Aix en Provence, et au-delà, les gens se rendent comptent que ces personnes vivent aujourd’hui en France dans l’un des plus grands camps de réfugiés à ciel ouvert d’Europe, et qu’ils leurs viennent en aide.

Pour nous permettre d’acheter du matériel pour ces migrants, mais aussi d’envoyer nos bénévoles soutenir les équipes déjà en place, et peut être même, de lancer un véritable réseau de soutien du sud pour le nord, nous sommes venus, comme l’autre soir, avec une tablette reliée à internet, qui vous permettra de faire un geste à partir de 5 euros via la plateforme de financement Ulule.

Merci à tous ceux qui nous ont déjà rejoint, à tous les mouvements qui nous ont déjà offert leur soutien, et à tous ceux qui nous rejoindrons.